SANCTUAIRE

Un sanctuaire Shinto au coeur de Saint-Marino?

Difficile de s’imaginer le paysage naturel typique du soleil levant dans les collines du mont Titano. Au contraire les sceptiques auront à changer d’avis.

Serravalle: Podere Lesignano. Vous pouvez garer votre voiture au pied du chemin de terre et commencer l’escalade vers le haut de la colline. Au bout de quelques mètres, vous êtes devant le premier signe tangible du lieu sacré: le torii, portail traditionnel japonais érigé pour l’entrée au Jinja. Il est constitué de deux montants verticaux supportant deux linteaux horizontaux rappelant les troncs d’arbres anciennement utilisé pour sa structure.

Avant même d’arriver au bord du petit lac sur lequel se trouve le sanctuaire, le passage sous le Torii est déjà une entrée dans la dimension spirituelle de Shinto.

Cette forme très particulière, en effet unique dans la spiritualité (souvent incorrectement classé comme une religion) a dans l’harmonie et l’union avec la nature, son principe fondamental. La nature elle-même est le sanctuaire et l’entrée est un passage pour l’homme que, désormais, commence à se voir dans une perspective ou vision différente.

Le vent qui bruisse les feuilles, le son des insectes, le bruit de no propres pas nous accompagne jusqu’à l’arrivée au Temizu (un pavillon d’ablution destiné au rite de purification). Le son du bambou qui bat en rythme chaque fois que elle se remplit d’eau et se vide, brise le silence du lieu. Avec une louche on recueille l’eau pour se mouiller ses mains et sa bouche, on le dépose à nouveau sur le bord de le bassin, ou le bambou va le remplir à nouveau, prêt pour le prochain visiteur.

Le sanctuaire est en fait un petit bâtiment, précédé de deux Toro (des bas colonnes d’entrée).

Tout autour le regard se remplit du sanctuaire, de la fontaine, des collines avec des plantes de vignes, des d’oliviers, des rives du lac. Ce que l’on si respire est une paix autrement difficile à trouver. La rue, le bruit des voitures, les bâtiments semblent avoir été coupés dehor, mais au contraire, ils font également partie de l’ambiance qui nous entoure.

Nous percevons ici la partie la plus intime de la nature, celle dans lequelle on entre en contact avec nous-mêmes.

Le sanctuaire est toujours ouvert, il n’y a pas des horaires, vous pouvez visiter librement chaque fois que vous voulez.

Il n’y a pas de frontières religieuses. Shinto n’est pas une religion au sens classique du terme, alors ne rentre pas en conflit avec les autres fois. Dans son ouverture avec la nature et l’humanité il y a place pour toutes les manifestations religieuses.
Nous approchons au sanctuaire avec un compotement respectueux, sans rituels spécifiques. Ceux qui le souhaitent peuvent suivre la tradition: après s’etre lavé ses mains a au Timizu, faire deux légères inclinations devant le Jinja, battre les mains deux fois et faire plus profonde révérence avant de s’arrêter a méditer.